Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Syndicat professionnel de l’enseignement libre catholiqueSyndicat professionnel de l’enseignement libre catholique
Vous êtes ici : Accueil Nos services Évaluation retraite

Évaluation retraite

L’évaluation du montant des pensions de retraite est un service important que le Spelc propose en exclusivité à ses adhérents.

Un service retraite efficace

La fédération des SPELC a mis en place un service retraite performant et efficace.

Une commission fédérale traite des questions de réglementation concernant la retraite. Elle est composée d'actifs et de retraités. Elle suit l’actualité sur la retraite et la diffuse. Elle fournit les études demandées par le secrétaire général. Elle prépare et assure les stages de formation (initiation et perfectionnement) des conseillers retraite Spelc.Elle assure la mise à jour du Guide retraite et de la feuille de calcul (outil essentiel pour évaluer le montant de vos pensions).

Un réseau retraite assure l'évaluation de votre future pension et le suivi de votre dossier, au plus proche de vous. Ce réseau est composé de conseillers formés et compétents, répartis sur tout le territoire.

Quels services ?

  • des informations, des conseils
  • un suivi personnalisé
  • une aide et un accompagnement dans les démarches
  • une évaluation du montant de votre future pension
Vous pouvez télécharger la fiche d'étude de retraite en cliquant ici
 
Une fois complété, ce document doit être adressé à votre responsable Spelc dont vous trouverez les coordonnées dans la rubrique "le Spelc en région" de la page d'accueil.

Une retraite se prépare

La retraite ? C'est pour les autres... Nous, nous n'aurons rien...

De toute façon, on sait bien qu'on cotise pour rien !

Combien de fois entendons-nous ces remarques ?

On le pense trop souvent et on oublie que nous avons des droits et qu'il serait peut-être bon de savoir lesquels.

De nos jours, la stabilité professionnelle étant en voie de disparition, la constitution du dossier de retraite peu devenir un vrai parcours du combattant. Bien entendu, dans le cadre du droit à l'information, vous recevez à partir de 35 ans, des documents de vos régimes de retraite qui vous semblent fiables.

Sauf... qu'ils n'ont aucune valeur contractuelle mais seulement indicative.

 1 - Quelques questions à se poser
Pourquoi doit-on se préoccuper au plus tôt de la constitution de son dossier ?

Plus on s'y prend tard, plus les difficultés pour faire rectifier les éventuelles erreurs seront grandes, les pièces justificatives pouvant être difficiles à retrouver, après des déménagements par exemple.

Il est primordial de comprendre les mécanismes de la retraite et de se poser les bonnes questions.

  • J'ai travaillé pendant les vacances scolaires, ai-je été réellement déclaré par mes employeurs  ?
  • J'ai été mère au foyer plusieurs années, ai-je acquis des droits ?
  • J'ai travaillé dans un établissement dépendant du Ministère de l'Agriculture avant de rejoindre l'Éducation nationale. Comment les 25 meilleures années se calculeront-elles quand je serai "poly pensionné(e)" ?
  • J'ai fait des études, ai-je intérêt à racheter des trimestres ?
  • J'ai connu des périodes de chômage. Ai-je conservé les documents l'attestant ? Ai-je acquis des droits ?
  • J'ai changé d'employeur ou d'établissement. Cela n'a-t-il pas entraîné des changements au niveau de mes caisses de retraites complémentaires ? La transmission entre celles-ci s'est-elle effectuée correctement ?
  • À qui affecter les 4 trimestres de majoration "éducation" accordés par enfant ? Au père, à la mère ? Quelles sont les démarches à effectuer ?

 

Pourquoi est-il important de vous faire accompagner ?
  • La reconstitution de 42 ans de carrière, voire plus, peut-être un travail fastidieux. L'estimation indicative globale (EIG) envoyée par vos régimes de base est-elle complète ?
  • A qui s'adresser pour demander des rectifications ? Quelles sont les pièces à joindre ?
  • On vous a communiqué l'âge de retraite à taux plein : en connaissez-vous la signification ? Vous avez peut-être atteint l'âge légal, mais n'avez pas tous les trimestres requis, entraînant le mécanisme de la décote. Quelles en sont les conséquences ?
  • Connaissez-vous les conditions d'obtention de la surcote ? De la retraite progressive ? Du départ anticipé dans le cadre des"carrières longues" ?

 

Que peut m'apporter un accompagnement une fois à la retraite ?
  • Êtes-vous sûr(e) que le montant de vos pensions est correct ?
  • Savez-vous que vous disposez d'un délai pour demander des rectifications ?
  • Vous souhaitez reprendre une activité. Est-ce possible et sous quelles conditions ?
  • Quels seront les droits de votre conjoint, en cas de décès ?
 2 - Les domaines de compétence d'un conseiller SPELC

Chaque situation étant particulière (professeur du second degré, professeur des écoles ayant été ou non instituteur titulaire, salarié de l'OGEC, mère de famille 3 enfants ou non…), celle-ci mérite une étude spécifique.

Dans un premier temps, le conseiller Spelc étudie vos droits à la retraite.

Il peut également :

  • vérifier si les relevés de situation (RSI) ou les estimations indicatives globales (EIG) correspondent à vos éléments de carrière et, le cas échéant, vous aider à obtenir la rectification d'erreurs toujours à craindre et à suivre ces rectifications sur votre relevé de carrière et votre relevé actualisé de points consultables sur Internet..
  • rechercher s'il ya une cohérence entre les éléments fournis par la CARSAT (ou la MSA), l'AGIRC et l'ARRCO. Un contrôle s'avère en effet nécessaire. Pour preuve, dans une interview en date du 19 avril 2013, Éric Bidot, directeur général de Neovia Retraite, indique constater "des anomalies dans 90 à 95 % des études qui nous sont confiées. Ces erreurs peuvent être imputables à l'employeur qui, par exemple, peut omettre de cotiser, à l'assuré social qui peut oublier de signaler des activités professionnelles ou aux organismes sociaux à l'occasion d'erreurs de saisie ou de calcul du coût d'un rachat de trimestres". L'assuré social a-t-il vérifié s'il a obtenu les trimestres gratuits auxquels il pouvait prétendre auprès du régime général, ou de points gratuits auprès des caisses complémentaires en cas de maladie, d'invalidité ou de chômage ? A-t-il pensé à en faire la demande ? C'est l'occasion de rappeler que si vous ne demandez pas la liquidation de vos droits aucune caisse ne le fera à votre place !
  • estimer de façon très précise :
    • le  montant de vos retraites de base et complémentaires ;
    • celui du régime additionnel (enseignants) ou de l'indemnité de départ à la retraite (salariés des établissements) ;
    • vos droits à la pension de réversion…

Bien entendu, ces calculs seront effectués à partir des données que vous voudrez bien lui fournir et en tenant compte des textes en vigueur et des paramètres connus au moment de cette évaluation.

Il est en effet impossible d'anticiper sur toute réforme à venir ;

 

  • définir avec vous les stratégies à adopter pour optimiser au mieux l'acquisition de droits dans les différents régimes, le choix à effectuer entre le RGSS et le système du RETREP-ATCA ;

 

  • vous accompagner, le moment venu, dans les différentes démarches à entreprendre auprès de vos différentes caisses ou organismes :
    • régime général (RGSS ou MSA) ;
    • régimes complémentaires ARRCO, AGIRC et IRCANTEC ;
    • régime additionnel, pour les enseignants ;
    • organisme de gestion : indemnité de départ à la retraite (salariés des établissements).

 

  • vérifier l'exactitude des calculs faits par les différentes caisses au moment de la liquidation 
  • vous conseiller lors du basculement au Régime général RGSS (ou MSA), si vous bénéficiez de l'avantage temporaire RETREP (ou ATCA) dans un premier temps, ce basculement pouvant avoir lieu plusieurs années après la liquidation de votre dossier au titre du RETREP (ou ATCA).

 

L'aide d'un conseiller SPELC peut donc s'avérer primordiale.

Comment bénéficier de ce service ?

 

Pour bénéficier du service retraite du Spelc, il vous suffit d'adhérer.                                         Cliquez ici